histoire des chevaliers teutoniques et de la prusse Index du Forum histoire des chevaliers teutoniques et de la prusse Index du Forum
FAQ Rechercher Membres Groupes
Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés

L'épée

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet histoire des chevaliers teutoniques et de la prusse Index du Forum -> La Chevalerie au moyen age -> L'âge d'or de la chevalerie. -> Tournois & équipements des Chevaliers
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Le Chevalier du Temple
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2011
Messages: 1 026
Localisation: Haute-Normandie
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 24 Déc - 21:10 (2012) Sujet du message: L'épée Répondre en citant

L'épée est l'arme médiévale par excellence. Tout chevalier digne de ce nom se devait d’en posséder une, la meilleure possible, et n’hésitait jamais à débourser une somme considérable pour en faire forger une à la bonne taille, la plus souple mais aussi la plus résistante, de façon à disposer d’une arme qui allait l’accompagner dans toutes ses aventures. Certaines de ces armes étaient richement ornées et fabriquées avec la plus grande attention révélant ainsi le rang de son propriétaire.

Au fil des siècles, elle évolua en fonction des modes, des techniques de combat, mais surtout des progrès de la métallurgie. L’épée médiévale était une épée de {Taille}, plus que {d’estoc}, même si le bout était quelquefois pointu, mais nombres d’armes subsistantes présentent un bout presque arrondi. Toutefois dans son maniement général, l’épée servait avant tout à trancher ou briser. L'épée est constituée d’une lame en métal {ou l'alemelle, l'allumelle, la lumelle} avec ou sans cannelure, longue d’environ un mètre, {l’acier dans les armes d’usage courant n’apparut que vers le IXe siècle} avec une poignée {ou le heut, le helz, l'endeure, l'enheudeuse}, une garde {les quillons ou l'arestuel} destinée à protéger la main, et d’un pommeau {ou le pont, le plommel}. Ce dernier pouvait être creux et ainsi contenir divers objets: porte-bonheur, souvenir, poisons ou relique. le chevalier pouvait alors invoquer la protection d’un saint homme pour obtenir la victoire.

 


Elle pesait environ un kilogramme et demi. Ce poids relativement faible autorisait un temps de combat assez long pour le guerrier qui devait faire de grands gestes rapides. Son centre de gravité était situé au tiers environ de sa longueur, ce qui permettait de la tenir bien en main, même assez haut, sans efforts démesurés. L’escrime médiévale obéissait à des règles précises qui furent fixées vers le milieu du Moyen Âge, aux XIe et XIIe siècles...
_________________
Par la Croix et l'Epée au Service du Christ


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Déc - 21:10 (2012) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Le Chevalier du Temple
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2011
Messages: 1 026
Localisation: Haute-Normandie
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 24 Déc - 21:15 (2012) Sujet du message: L'épée Répondre en citant

Plusieurs formes d’épées ont été recensées, tant les modifications furent nombreuses au cours des quelque mille ans que dura l’époque médiévale. Le Moyen Âge connut la prépondérance quasi absolue de l’épée comme symbole de la chevalerie. Tout jeune noble s’entraînait, dès le plus jeune âge, à son maniement et les non-noble, qui constituaient l’infanterie lors des guerres plus importantes, n’hésitaient pas à s’équiper d’une épée, même s’ils en usaient moins habilement que leurs seigneurs.

Le combat à l’épée pouvait se faire à cheval, mais souvent, lorsque des cavaliers avaient été désarçonnés, ils se relevaient et la combat se poursuivait à pied. L’épée était tellement intimement liée avec le chevalier que, bien souvent, son propriétaire n’hésitait pas à lui choisir un nom, qui l’accompagnera dans la gloire.

Vers la fin du Moyen Âge (vers le XIVe siècle), l’épée classique s’allongea peu à peu et s’élargit de façon considérable. Désormais, les deux mains furent nécessaires pour la manier. Par obligation en raison des efforts fournis, les combats devinrent plus courts. Les hommes devaient souffler souvent. L’escrime en fut totalement bouleversée et souvent l’avantage revenait à celui qui était capable des plus grands mouvements de plus d’efforts de soulever plus haut sa lourde épée à deux tranchants au détriment de l’habileté et de la dextérité qui étaient auparavant nécessaires pour sortie vainqueur d’un duel...
_________________
Par la Croix et l'Epée au Service du Christ


Revenir en haut
Le Chevalier du Temple
Chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2011
Messages: 1 026
Localisation: Haute-Normandie
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon

MessagePosté le: Sam 31 Mai - 10:36 (2014) Sujet du message: L'épée Répondre en citant

 Epée de Connétable du Royaume de France.

 


Arme symbolique par excellence, « l’épée de France » était remise par le roi à son connétable à l’issue d’une cérémonie extrêmement codifiée. En recevant son épée directement des mains du souverain, le connétable était officiellement investi du commandement en chef des armées. Bertrand du Guesclin (1320-1380) et Anne de Montmorency (1493-1567) figurent parmi les plus illustres personnages ayant été promus à cette charge qui disparaît au début du XVIIe siècle.

Du point de vue de sa construction, l'arme présente des analogies avec les épées médiévales mais sa lame très légère et d'une qualité médiocre témoigne de son caractère exclusivement cérémoniel. L'orientation de son ornementation, et particulièrement des fleurs de lys gravées et dorées enrichissant les quillons, le pommeau et le talon de la lame, ainsi que le cartouche circulaire situé au centre de celle-ci, indiquent que l'épée était conçue pour être portée nue et la pointe haute, lors des entrées ou cérémonies royales. Le fourreau de cuir, est également semé de lys de laiton doré. La présence de cette épée jusqu'à la Révolution à Chantilly, ancien domaine des Montmorency, suggère qu'elle aurait pu appartenir à l'un des deux membres de cette famille ayant bénéficié de la connétablie au XVIe siècle, et plus particulièrement à Anne de Montmorency. Malgré sa silhouette archaïsante évoquant encore le XVe siècle, l'arme serait ainsi datée de la première moitié du XVIe siècle.
_________________
Par la Croix et l'Epée au Service du Christ


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:59 (2018) Sujet du message: L'épée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet histoire des chevaliers teutoniques et de la prusse Index du Forum -> La Chevalerie au moyen age -> L'âge d'or de la chevalerie. -> Tournois & équipements des Chevaliers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème MagicCastle Blue par Mojy
Basé sur MagicCastle de Perfect RPG :: Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com